Pimp My Code
Give your code that special "pimp"
Bitcoins : au delà de la monnaie
Categories: Crypto

Pour certains, le bitcoin est une monnaie virtuelle comme une autre.
Pour d’autres, ça ressemble plus à une matière première, comme de l’or.

Pour les anarchistes, c’est une plateforme d’échange d’argent dématérialisée, répartie en peer to peer, sans contrôle central.

Bitcoin, en fait, c’est bien plus que ça et vous allez vous en rendre compte progressivement au fil du temps.

Ce qui a fait la “reconnaissance” grand public du bitcoin, c’est sa volatilité et la hausse de son “cours” par rapport au dollar.
Placer $10 et récupérer $1000, ça fait rever et ça attire les foules…. comme l’attention des gouvernements: il y a à taxer, légiférer et interdire, youpi !.

Avant de parler, dans un prochain article, des failles et inconvénients du bitcoin, je voulais tout d’abord détailler ce qu’est exactement le bitcoin. Au delà de la monnaie, car l’aspect “devise” du bitcoin est en fait assez anecdotique.

Le “réseau” bitcoin (car il s’agit bien d’un réseau pair à pair décentralisé, qui utilise les tuyaux d’internet comme support) est à la base un système de “notaires” pair à pair.
Chaque noeud du réseau stocke, valide et exécute des transactions à base de bitcoin.
La validation des transactions demande, par conception, une puissance de calcul très importante. C’est voulu, afin qu’une entité unique ne puisse pas “avoir la main” sur le processus et truquer des transactions.

Le réseau bitcoin, c’est un énorme livre de comptes, infalsifiable, non censurable, doté de fonctions puissantes.

Chaque transaction est en fait un script. Oui, du code…
Pour les transactions que tout le monde utilise actuellement, ce script est simple: il ne contient en gros que l’adresse du destinataire.
Mais le script des transactions est bien plus complexe, et permet de faire presque ce qu’on veut, comme ajouter des conditions, demander des prérequis…
(la seule chose qui n’existe pas -volontairement- dans le script, ce sont les boucles, afin d’éviter virus et temps de traitement prohibitifs)
Tout type de contrat peut être codé dans la chaine bitcoins.
Bitcoin permet également de signer des messages, de vérifier leur validité, de stocker des meta data dans une transaction
(une preuve de propriété, le hash d’un contenu…)

Dans les mois à venir, nombre d’applications vont voir le jour qui utiliseront ces fonctions natives.

On trouve déjà des “méta” portemonnaies, basés sur le principe des “colored coins”: des bitcoins colorés.
Le principe en est simple, les applications étonnantes…

J’ai 100 actions d’une société virtuelle “BT Virt” (ou réelle si la legislation le permet), ou 100g d’or.
Je me verse à moi même 100µBTC (micro bitcoins, un millionnième de BTC: peut importe la “vraie” valeur en BTC, ça n’entre pas en compte)
Je déclare cette transaction comme source de 100 actions de BT Virt.
Une fois cette transaction “colorée”, je peux échanger les µ bitcoins comme je veux, les découper, les réassembler:
comme la source est toujours identifiable, les actions “suivent” toujours les µbitcoins qui les portent.

Le cours du BTC n’a aucune incidence: je peux utiliser comme support des BTC, des milli BTC, des µ BTC… seulent comptent les transactions et la source des BTC.
Le cours du BTC peut donc atteindre les 1300$ ou comme d’autres l’annonces, 4000 ou 5000$, cela ne changera rien quand à ses applications dérivées. Le cours du BTC, la récompense aux “early adopters” a incité à investir, à créer d’énormes ressources de calcul de hash, qui servent ensuite d’infrastructure aux “vraies” applications à venir du bitcoin.

On peut utiliser le même principe pour des points de fidélité, ou pour se créer sa propre crypto monnaie, qui “vivra” dans la chaine des bitcoins : Vous décidez que telle transaction de 0.1BTC correspond à l’émission de 2014 pièces de 1 “ThisYearCoin”, et roule ma poule, vous pouvez dépenser, donner, échanger votre propre monnaie décentralisée comme bon vous semble.
Le tout sans développement, sans créer de réseau, sans aucun investissement.

Autre utilité possible du réseau bitcoin, la validation d’informations.
En cette période ou la neutralité de l’Internet devient utopique, le réseau bitcoin est un moyen de certifier la source ou la véracité d’un contenu. En stockant dans une transaction le hash d’un contenu par exemple, on peut vérifier qu’il n’a pas été corrompu sur son chemin.
De fait, peut importe que les tuyaux soient neutres ou pas, on sait construire un réseau fiable sur un support qui ne l’est pas…

Bitcoin, c’est donc bien bien plus que de la monnaie…

J’en profite au passage pour signaler une crypto monnaie fort peu connue, qui elle met en avant justement le stockage de données dans sa chaine. Il s’agit du Datacoin (DTC) : http://www.datacoin.info
Retenez le nom, vous en entendrez parler ;)

Alors bien sur, bitcoin soulève aussi d’énormes questions.
Par exemple : qu’est ce qui justifie une telle débauche de puissance de calcul (20 millions de $ par jour d’électricité)
Y a-t-il une entité derrière cette idée, avec un but en tête ?
Dans le prochain article, je parlerais des failles et soucis techniques du bitcoin, ainsi que de ces aspects “théorie du complot”.

En attendant, je vous invite à partager cet article :

Tweeter
Partager sur Facebook

Les dons en BTC ou DTC sont les bienvenus:

BTC : 15LD1JjjwqKL9Zhoo3cBdeh5Ry5vELmaXU
DTC : DFs6CXvyzQfRTgP9wmk7enNe3VTAJUN6JT

Leave a Reply